Archives pour le mot-clé ‘édition numérique’

La production du livre papier et du livre numérique : quelles différences?

lundi 9 mars 2015

Icone numNous le disions dans notre précédent billet, un livre numérique ne se réalise pas un en seul clic. Comment penser un PDF multiplateforme afin d’optimiser l’expérience du lecteur? La version numérique d’un livre papier demande-t-elle un traitement particulier? Quelles ressources sont mobilisées au sein d’une équipe de production lors de la création d’un livre numérique? Livre papier ou livre numérique enrichi, peu importe les étapes de production, le mot d’ordre reste le même : qualité! Le livre numérique demande néanmoins un autre genre de contrôle et d’autres étapes de production. Nadine Elsliger, directrice de production des Presses de l’Université du Québec, répond à quelques questions sur le sujet.

En quoi consiste la conversion d’un livre papier en un livre numérique?

Il y a quelques questions à se poser lors de la conversion d’un livre papier en un livre numérique. L’un de nos formats proposés, le PDF, ne cause habituellement pas de problème : c’est la plupart du temps le même fichier que celui envoyé pour impression, dans lequel nous rendons interactifs la table des matières et les liens Web dans l’ouvrage.

La conversion numérique d’un ouvrage papier peut-elle être « délicate » pour certains types de livre? Pourquoi?

En effet, la conversion en format ePub demande plus de réflexion, car les livres avec une mise en pages plus complexe (ou avec des formules mathématiques, par exemple) demandent beaucoup de travail de programmation pour rester esthétiques dans le format ePub, et donnent malgré cela des résultats parfois décevants. Nous prenons alors la décision de ne pas offrir ce format à nos lecteurs.

Quels sont les étapes de conceptualisation d’un PDF multiplateforme? Est-ce nécessairement le contenu qui détermine la forme?

Lorsqu’un auteur désire que son ouvrage soit uniquement électronique, nous pouvons décider de lui proposer le PDF multiplateforme comme solution à ses besoins. Évidemment, le manuscrit doit contenir du matériel qui exige ce type de livre. Il peut s’agir de vidéos, de segments audio, d’animations, de cases à répondre, d’un grand nombre d’images en couleurs, d’un manuscrit extrêmement volumineux, de références Web essentielles, etc. À la réception du manuscrit, nous avons quelques tâches supplémentaires concernant la validation de la qualité du matériel numérique. Par la suite, le manuscrit suit à peu près le parcours de production du livre papier, mais demande toujours un peu plus de temps, car le côté graphique de ces ouvrages et, la plupart du temps, leur nombre de pages exigent de notre part de plus nombreuses vérifications. Cela prend donc un engagement très grand de la part des auteurs, et souvent une équipe multimédia autour d’eux qui pourra, le cas échéant, nous fournir le matériel interactif en bonne résolution dont nous avons besoin dans des délais très courts.

Quels sont les principaux défis de la production d’un PDF multiplateforme?

Les principaux défis, du côté de la production, sont de bien saisir ce que l’auteur désire, de lui proposer l’interactivité souhaitable pour le plus grand public possible, et de structurer son ouvrage selon la logique d’un document numérique. Beaucoup de solutions existent déjà dans la réalisation de PDF multiplateformes, mais peu s’adressent à ce que nous devrons produire réellement, car notre obligation de viser le plus grand public cible possible exige que nous réduisions l’interactivité à ce que toutes les plateformes peuvent lire. Trop de formats (propriétaires ou non) existent encore (un peu comme au moment de la guerre des formats VHS et Beta!), et la mission des PUQ demande que chaque étudiant, chercheur, professeur puisse lire nos ouvrages, peu importe quel appareil il utilise.

La production du livre numérique présente divers défis, qui, en corrélation avec l’évolution des technologies de lecture, sont en constant changement. Les étapes qui suivent la production soulèvent également leurs lots de questions. On peut penser à la distribution et à la diffusion du livre numérique, par exemple. Ce sera le sujet de notre prochain billet.

 

Pour en savoir plus sur la conception et l’utilisation du livre numérique universitaire

Une collaboration entre l’Université du Québec, le Fonds de développement académique du réseau (FODAR) ainsi que les Presses de l’Université du Québec a permis la création du livre numérique gratuit Guide de conception et d’utilisation du manuel numérique universitaire.

Destiné aux enseignants qui souhaitent publier un livre numérique universitaire, ce guide vise à faciliter la conception de ce type d’ouvrages, du premier brouillon jusqu’à sa production finale. Un historique du livre numérique est d’abord proposé, de même qu’une description des composantes essentielles au manuel numérique. L’ouvrage se consacre ensuite à l’édition numérique en elle-même : les différentes tâches à accomplir, la structure à privilégier, les règles de conception graphique à respecter, les éléments multimédias et interactifs à intégrer, les formats à considérer, etc.

Le livre numérique, une simple reproduction à l’écran du livre papier?

mercredi 4 février 2015

Un livre reste fondamentalement un livre : un assemblage de signes destinés à être lus. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut banaliser le livre numérique ; en effet, ce dernier se distingue de son acolyte en papier et demande ainsi une redéfinition de ses étapes de production. Ce billet a pour objectif de décrire les différentes natures du livre numérique et de distinguer les supports numériques sur lesquels on peut les consulter.

La nature du produit

On peut attribuer deux natures au livre numérique. La première, dite homothétique, consiste en la version numérique d’un livre papier. En d’autres termes, c’est une reproduction à l’identique du livre papier sur un support numérique, généralement en format PDF ou ePub.

La différence entre le format PDF et le format ePub réside essentiellement dans la manière dont la mise en page du livre est « générée ». Dans un PDF, la mise en page du livre est fixe et ne se modifie pas, peu importe sur quel support on le lit (ordinateur, tablette, liseuse ou iPhone). La mise en page du livre en ePub est quant à elle fluide et s’adapte facilement à l’écran de lecture. On peut, entre autres, modifier la taille et la police de caractères, ce qui rend la lecture plus agréable sur un iPhone par exemple. Toutefois, la mise en page modifiée entraîne forcément des changements dans la pagination, ce qui implique un ajustement dans les usages. Par exemple, un professeur devra orienter ses étudiants en les référant aux sections d’un texte plutôt qu’en utilisant des numéros de pages. Il faut aussi noter que l’ePub est généralement privilégié pour un texte ne contenant pas ou que très peu d’images, puisque celles-ci entraînent des ruptures peu harmonieuses dans l’affichage du texte. Le format PDF ne présente pas ces problèmes, mais est plus statique et restreint à une façon de lire plus « rigide ». Une courte vidéo trouvée sur YouTube nous permet de visualiser aisément les différences entre ces deux formats.

Ainsi le lecteur peut choisir quel format du livre se procurer en fonction du support de lecture dont il dispose (ordinateur, tablette, liseuse, téléphone intelligent). Toutefois, on s’en doute, le livre numérique offre un plus large éventail de possibilités du point de vue de l’intégration de contenu complémentaire comparativement à la version papier.

Un contenu qui va au-delà du texte

Icone numLa seconde nature du livre numérique est purement… numérique! En effet, plusieurs livres numériques enrichis ne sont conçus que pour être lus sur une tablette, une liseuse, un téléphone intelligent ou un ordinateur. Ce type de livres n’est pas imprimé et n’est pas conçu pour le support papier. Pourquoi? Parce qu’ils permettent aux auteurs non seulement d’inviter les lecteurs à consulter tel site Internet ou telle vidéo, mais d’intégrer ces éléments à la lecture. Hyperliens, bandes sonores, musique, boîtes de saisie de texte, etc. : un grand nombre d’éléments peuvent permettre de créer un livre au contenu enrichi, dynamique et parfois interactif, que l’on nomme PDF multiplateforme ou enrichi.

Depuis quelques années, les Presses de l’Université du Québec (PUQ) ont publié quelques livres enrichis. Le manuel de cours bénéficie grandement du format PDF multiplateforme pour la démonstration de matière technique par le biais de vidéos (pour montrer une intervention pratique dans un contexte précis, par exemple) et pour la saisie de texte par le lecteur (pour répondre à des questions, entre autres). Récemment paru aux PUQ, le PDF multiplateforme Introduction à la gestion des opérations comporte ces commodités. Un grand nombre d’éléments interactifs et médiatiques ponctuent l’ouvrage et de nombreux liens permettent d’accéder à des contenus complémentaires disponibles sur le Web.

Qu’il consiste en la reproduction à l’écran d’un livre papier ou qu’il soit uniquement accessible sur support électronique, le livre numérique change incontestablement les habitudes du lecteur et, plus encore, exige que l’éditeur repense les étapes de production.

En effet, il faut savoir que la production de la version numérique d’un livre papier ne se réalise pas en un clic. Plusieurs étapes de production et de distribution s’ajoutent afin d’optimiser l’expérience du lecteur. Nous aborderons ces questions dans un prochain billet.