Archives pour le mot-clé ‘traduction’

Le roman Le harpon du chasseur traduit en hindi et en marathi

mercredi 15 octobre 2014

Texte de Jean-François Ducharme tiré du site Actualités UQAM

3088-CouvertDes millions d’Indiens auront bientôt accès à un roman phare de la culture du Grand Nord québécois. Vidya Vencatesen, directrice du Département de français de l’Université de Mumbai, en Inde, fera traduire un roman inuit dans deux langues indiennes, le hindi – la langue la plus parlée avec 460 millions de locuteurs – et le Marathi – parlée par 72 millions de personnes.

Ce livre, Le harpon du chasseur, écrit en 1969 par Markoosie, est en fait le premier roman inuit au Canada. En 2011, les Presses de l’Université du Québec ont fait traduire ce livre en français en y ajoutant une introduction de Daniel Chartier, professeur au Département d’études littéraires et directeur du Laboratoire international d’étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord. Vidya Vencatesen a pris connaissance de ce roman en 2013, lors d’une visite au Centre de recherche sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) de l’UQAM, dirigé à l’époque par Daniel Chartier.

L’article complet est disponible sur le site Actualités UQAM.

4,25 M$ en aide pour la traduction

mercredi 14 juillet 2010

Le Conseil des Arts du Canada annonçait cette semaine la bonification du Programme national de traduction pour l’édition du livre. 4,25 M$ seront versés sur trois ans aux éditeurs du pays pour la traduction d’oeuvres canadiennes vers le français ou l’anglais. Cet investissement permettra notamment la mise en branle de trois projets pilotes destinés à améliorer la qualité des traductions. Les éditeurs pourront ainsi solliciter une aide pour acquitter 75 % des honoraires d’un réviseur bilingue. Il leur sera aussi possible de réclamer jusqu’à 1500 $ en honoraires de lecture pour l’évaluation du potentiel de traduction d’un titre. Enfin, une Foire pour la vente des droits de traduction sera organisée par le Conseil afin de stimuler la création de liens entre les éditeurs francophones et anglophones et, de ce fait, augmenter l’acquisition et la vente des droits de traduction canadiens.